Le vent
Une source d’énergie fiable avec de nombreux avantages économiques, environnementaux et sociaux

Énergie éolienne

L’énergie éolienne est propre et renouvelable et constitue une alternative de choix aux combustibles fossiles. Les éoliennes ne produisent aucune émission atmosphérique, aucun déchet nocif, ni aucun autre type de pollution de l’air ou de l’eau. En outre, on estime que le son émit par le fonctionnement d’une éolienne, tel que perçu à l’extérieur près des maisons avoisinantes, n’excède pas 40 dB, soit l’équivalent du murmure dans une bibliothèque.

Le saviez-vous ?

1

C’est au début des années 1970 que le vent a commencé à être considéré sérieusement comme source d’énergie pour produire de l’électricité au Canada. Depuis, les avancées scientifiques et technologiques ont permis d’améliorer considérablement l’efficacité des éoliennes et de perfectionner la formule utilisée pour déterminer leur localisation. Les parcs éoliens peuvent désormais être planifiés avec une plus grande précision, et ce, bien avant le début des travaux.

2

L’homme sait depuis longtemps convertir le vent en énergie mécanique, comme en témoignent les anciens moulins à vent et bateaux à voile. Les installations éoliennes modernes permettent quant à elles de convertir l’énergie cinétique du vent en énergie électrique.

Comment fonctionne une éolienne

Au sommet du mât de l’éolienne se trouve le rotor, composé principalement des pales. Ces pales sont fixées à un axe horizontal, lequel est relié à la génératrice située au cœur de la nacelle. Lorsque le vent souffle et fait tourner les pales de l’éolienne, le mouvement de rotation permet de produire de l’électricité. En fait, en tournant, les pales activent le multiplicateur de vitesse à l’intérieur de la nacelle, lequel actionne la génératrice. L’électricité ainsi produite est acheminée au réseau collecteur et à un poste élévateur pour être ensuite distribuée sur le réseau de transport d’énergie et, ainsi, aux consommateurs.

La quantité d’énergie produite dépend principalement de trois facteurs : la vitesse du vent, la surface balayée par les pales et la densité de l’air.