L’équilibre engendre la durabilité

Michel Letellier explique en quoi l’équilibre entre les considérations d’ordre social, environnemental et économique constitue la base d’un modèle d’affaires durable.

IR2013_michelle
Voir la légende
Michel Letellier est président et chef de la direction d’Innergex depuis 2007.

 

Innergex semble s’être épanouie au cours des dernières années ; qu’en est-il en 2012 ?

En 2012, nous avons mis en service deux nouvelles installations, dans les délais et selon les budgets. D’abord Stardale, notre premier parc solaire, puis Gros-Morne (Phase II), le dernier des parcs éoliens développés par notre coentreprise Cartier énergie éolienne. Nous avons aussi fait l’acquisition de deux centrales hydroélectriques en Colombie-Britannique, portant à 28 le nombre de sites en exploitation, dans trois sources d’énergie différentes et dans quatre juridictions différentes. Il y a dix ans, nous avions sept centrales hydroélectriques, dont six étaient situées au Québec. De plus, en 2012 nous avons entamé des négociations pour l’acquisition de plusieurs actifs d’Hydromega, un producteur privé d’énergie renouvelable ayant des activités au Québec et en Ontario. Nous espérons conclure ces négociations et ainsi accroître notre portefeuille d’actifs en 2013.

Comment décrivez-vous la mission d’Innergex aujourd’hui ?

Notre mission n’a pas changé depuis que la Société a été créée en 1990. Le chemin que nous nous sommes tracé à ce moment-là est toujours d’actualité. Nous souhaitons accroître notre production d’énergie renouvelable grâce à des installations de grande qualité, développées et exploitées dans le respect de l’environnement et le meilleur intérêt des communautés hôtes, de nos partenaires et de nos investisseurs.

Qu’est-ce qui vous a permis de connaître autant de succès au cours des 22 dernières années ?

La réussite d’Innergex est fondée sur le développement de bons projets, qui deviennent de bonnes installations en exploitation. Pour nous, un bon projet en est un qui est accepté par la communauté locale, qui respecte l’environnement et qui est économiquement viable – à la fois pour nous et pour les services publics que nous desservons. En d’autres mots, un projet qui équilibre des impératifs sociaux, environnementaux et économiques – ou si vous préférez, la population, la planète et les profits.

Comment ces différents impératifs influencent-ils vos activités ?

Depuis ses débuts, Innergex a placé l’acceptabilité sociale au cœur de son modèle d’affaires. Nous consultons les communautés locales et nous structurons nos projets de manière à ce qu’ils intègrent un partage des revenus ou de la propriété, la création d’emplois locaux, des exigences de contenu local, ou encore d’autres considérations particulières en appui aux activités récréotouristiques locales.

Au fil des ans, nous avons fait preuve de leadership et d’innovation en partageant les retombées économiques de nos projets avec les communautés locales et les Premières Nations, créant souvent de nouveaux standards pour l’industrie que d’autres adoptent à leur tour. Nous avons également démontré notre capacité de créer des partenariats à long terme avec les communautés locales et les Premières Nations à travers le pays – une tendance lourde dans l’industrie qui, selon nous, ira en accélérant.

Comme chacun le sait, toute activité économique a un effet sur l’environnement, mais des mesures peuvent et doivent être prises pour éviter ou minimiser cet effet. Les producteurs indépendants d’électricité doivent respecter des règlements fédéraux et provinciaux très stricts en matière de protection de l’environnement, à partir de la conception d’un projet, en passant par l’exploitation d’une installation et jusqu’à la restauration d’un site. Dans ce domaine aussi, nous avons fait preuve de leadership et d’innovation afin de respecter et même surpasser les plus hauts standards environnementaux.

Où ces trois impératifs s’entrecroisent-ils ?

En fait, il existe une myriade de considérations sociales et environnementales qui entrent en ligne de compte dans la création d’un projet appelé à être déposé auprès des services publics dans le cadre d’un appel d’offres. La proposition doit aussi inclure un prix pour l’électricité qui sera produite. Bien sûr, ce prix doit être compétitif pour que le projet ait des chances d’être sélectionné. En même temps, ce prix doit tenir compte de l’acceptabilité sociale du projet, des redevances aux partenaires et aux communautés locales, et des stricts standards environnementaux pour que le projet soit bien reçu. Et pour qu’il y ait un projet, ce prix doit permettre à l’installation d’être économiquement viable. Autrement dit, l’équilibre nécessaire entre les considérations d’ordre social, environnemental et économique – qui ensemble constituent le vrai coût de production de l’énergie – doit se refléter dans le prix de l’électricité produite.

Et pourquoi est-ce important ?

Lorsqu’on crée cet équilibre, on connaît un succès durable. Les installations d’énergie renouvelable ont une durée de vie très longue – 25 ans dans le cas de l’éolien et du solaire, mais plus de 50 ans, voire 100 ans, dans le cas de l’hydroélectricité. Conformément à la vision d’Innergex de produire de l’énergie durable pour un futur plus vert, nous voulons nous assurer de pouvoir continuer de développer et d’exploiter des installations d’énergie renouvelable de grande qualité, et ce, pour plusieurs années à venir.

IR2012_tableaux1_FR-1