Agir de manière responsable grâce à la conformité, au suivi et à l’amélioration continue

En tant que promoteur et exploitant d’énergies renouvelables responsable, Innergex consacre des ressources considérables au respect d’exigences environnementales très strictes. Gros plan sur ses activités liées à l’environnement dans le secteur hydroélectrique en Colombie-Britannique.

IR2012_0005_P 33
Voir la légende
Photo de la conduite forcée de la centrale hydroélectrique au fil de l’eau Tipella Creek après la restauration du site. Une végétalisation réussie aide à réduire la superficie visible du site.

 

La Colombie-Britannique a été baptisée la province la plus verte au Canada – une affirmation qui s’appuie sur une règlementation environnementale parmi les plus rigoureuses et exhaustives au pays. Étant le plus important promoteur et exploitant d’énergies renouvelables dans cette province, avec 11 centrales hydroélectriques au fil de l’eau et six projets hydroélectriques en développement, Innergex prend très au sérieux sa responsabilité environnementale.

Activités de surveillance des débits de l’eau

En 2012, l’équipe d’exploitation en Colombie-Britannique a entamé l’implantation de systèmes visant à améliorer la surveillance du comportement des centrales hydroélectriques de l’entreprise. Les objectifs étaient clairs : mieux suivre les obligations et engagements prescrits par les permis d’exploitation de l’entreprise, mieux surveiller l’impact des centrales sur l’environnement, réduire le nombre d’incidents, et sans doute plus important encore, réagir de manière proactive aux incidents dès qu’ils se produisent.

Même si les installations hydroélectriques modernes font toutes la surveillance des débits d’eau dans la centrale et dans la rivière en temps réel, ces nouveaux systèmes permettent désormais de surveiller le niveau d’eau dans la rivière en temps réel 24 heures sur 24 et, dans certaines circonstances, d’apporter des correctifs. Ceci permet à l’entreprise de s’assurer de respecter ses engagements contractuels et règlementaires, surtout en ce qui à trait au débit d’eau minimum, qui doit être maintenu dans la rivière en tout temps. De plus, les opérateurs ont reçu une formation additionnelle en matière d’intervention en cas d’incident, et les mécanismes de déclaration d’incident ont été améliorés.

Tous les incidents, même les plus petits, sont déclarés aux autorités gouvernementales fédérale et provinciale dans les 24 heures, puis font l’objet d’un suivi à l’aide d’un rapport plus détaillé. La grande majorité des incidents n’est pas significative et n’a aucun impact écologique. Néanmoins, chaque incident déclenche un examen interne qui permet d’en étudier les causes et de mettre en place des mesures pour éviter qu’il se reproduise. « Le respect de l’environnement fait partie de notre culture ; lorsqu’un incident se produit, nous enquêtons immédiatement et apportons des correctifs lorsque nécessaire », déclare Matt Kennedy, vice-président, Environnement – région de l’Ouest.

Programmes de surveillance continue

De nouvelles règlementations environnementales plus rigoureuses en Colombie-Britannique exigent désormais la mise en place d’un programme de surveillance multidisciplinaire et exhaustif – surveillance des poissons, de l’eau (composition chimique et température), des insectes, de la faune, de la végétation – d’une durée de cinq ans et devant débuter dès la mise en service commerciale de la centrale.

Un tel programme sert à confirmer les prévisions contenues dans l’étude d’impact environnemental de chaque projet réalisée dans le cadre du processus de demande d’évaluation environnementale.

Toutes les centrales hydroélectriques d’Innergex construites en Colombie-Britannique au cours des cinq dernières années ont mis en branle un tel programme de surveillance exhaustif, et toutes les installations (y compris Brown Lake, qui est en exploitation depuis de nombreuses années et a dépassé le stade de surveillance biologique) font l’objet d’une surveillance en lien avec leurs exigences règlementaires. L’entreprise a également défini une politique interne de conformité et de minimisation des dommages pour toutes les centrales de la Colombie-Britannique, laquelle est présentement mise en œuvre.

Dans le cadre de ces programmes de surveillance exhaustifs, Innergex finance des études de terrain détaillées et collecte des données essentielles. L’entreprise est à mi-chemin de ces programmes de surveillance pour la majorité de ses installations en Colombie-Britannique, mais déjà les résultats s’annoncent encourageants.

Gestion responsable de la variation du débit de l’eau

Les problèmes occasionnés par la variation du débit d’eau1 sont relativement rares, et surviennent surtout durant les premières phases de mise en service d’une nouvelle centrale hydroélectrique. Innergex sait par expérience que les habitats de poissons de certains sites sont plus sensibles à des variations du débit d’eau que d’autres, et ceci détermine la vitesse à laquelle la centrale peut être démarrée ou arrêtée. Par conséquent, l’entreprise a développé un ensemble de procédures sur la gestion des variations du niveau d’eau qui sont spécifiques à chaque site, afin de protéger l’écologie des rivières sur lesquelles ses centrales sont installées. Il s’agit d’un processus qui a retenu particulièrement l’attention de l’entreprise ces dernières années et qui est en amélioration continue.

Malgré ces efforts, des incidents liés à la variation du débit d’eau surviennent de temps à autre, et dans de rares cas peuvent causer un échouement de poissons. À ce jour, un total de quatre incidents se sont produits à la suite desquels un total de 165 alevins morts ont été trouvés, pour l’ensemble des centrales hydroélectriques d’Innergex en Colombie-Britannique2. Ces incidents sont survenus durant les premières phases de mise en service. Innergex prend très au sérieux ces incidents et réagit immédiatement pour en cerner la cause et s’assurer qu’ils ne se reproduisent pas. Aucune des centrales hydroélectriques de l’entreprise en Colombie-Britannique n’a subi un incident d’échouement de poissons depuis avril 2011.


1 La variation du débit d’eau dans une rivière se produit en raison de changements dans le débit qui doit passer par les turbines, à la suite d’un démarrage ou d’un arrêt des turbines.

2 Les centrales qui ont été acquises sont prises en compte à partir de la date de leur acquisition.

Mesures de restauration de sites

Lorsque la construction est terminée, les règlements environnementaux stipulent que la région entourant le projet doit être restaurée, c’est-à-dire que des mesures de réhabilitation et de compensation doivent être prises afin de remettre le site dans un état semblable ou supérieur à ce qu’il était avant la construction. Cela réfère à diverses mesures, notamment le paysagement, la stabilisation du sol et la végétalisation. Une attention particulière est portée à la sélection d’espèces de plantes appropriées, qui procureront aux insectes et aux animaux la même nourriture qu’avant la construction, surtout en ce qui a trait à la végétation riveraine1. Par la suite, pendant chacune des cinq années du programme de surveillance initial, des spécialistes indépendants feront l’examen des résultats des mesures de réhabilitation et de compensation.


1 La végétation et l’écosystème qui bordent un cours d’eau et qui se trouvent entre la terre et l’eau.

Habitats compensatoires pour les poissons

La protection de l’habitat de poissons et les mesures de compensation sont prescrites par la Loi sur les pêches fédérale. La construction de plusieurs des centrales hydroélectriques d’Innergex en Colombie-Britannique a comporté la création d’habitats compensatoires pour les poissons, qui varient en taille de près de 4 000 m2 à plus de 50 000 m2. Des saumons de mer adultes y migrent et y pondent leurs oeufs chaque automne ; et les dizaines de milliers de jeunes saumons qui y sont produits chaque année, retournent à la mer pour continuer leur cycle de vie. Ces habitats compensatoires seront entretenus pendant toute la durée de vie des centrales hydroélectriques.

IR2012_0006_P 33-1